Les aventures de Jean Claude Lapin

24 mai 2016

Incroyable José (août-octobre 2013)

 

José Madeleine photo

Dans une ville tranquille, Jean-Claude Lapin rencontra José la mouche. Moucheville était la rivale de Truite-le-Duc car à Truite-le-Duc vivaient des tapettes à mouches. Monsieur Lapin marchait dans la rue de la Boîte-en-plastique quand, tout à coup, il aperçut deux tapettes en train de trafiquer quelque chose. Elle s ‘échangeaient des tichons (vêtements transformés en chiffons), ce qui est illégal !

Le lendemain, il revint avec José la mouche mais ils se firent encercler par le clan du terrible Bernard Courtecuisse. Ils furent emmenés ensuite à leur repère où étaient stockés les tichons. Après quelques heures, le clan des tapettes laissa seuls, attachés bien sûr, Lapin et José à qui on n’avait pas pu attacher les pattes. Ils se levèrent et se dirigèrent vers une hache entreposée dans un coin.

Lapin frotta les liens contre la lame aiguisée de la hache. Une fois rompus, ils cherchèrent la sortie mais la seule issue, la porte, était fermée. Soudain, José regarda dans la bibliothèque et voulut prendre un livre intitulé « Comment sortir d’une pièce sans issue » mais au lieu de cela, le livre déclencha un mécanisme qui déplaça les rangées de livres et dégagea une porte-fenêtre ouverte ! Ils sortirent et se retrouvèrent dans la rue Ferme-la-Boîte. Ils aperçurent alors l’ignoble Courtecuisse et se cachèrent. Malheureusement, la police était en congés et ils durent aller le dire au maire. Cela leur prit au moins un quart d’heure, le temps de tout expliquer. Mais ce temps perdu avait permis à Bernard Courtecuisse de fuir la province dans son jet privé.

Le maire, trouvant que son prédécesseur le maire Latuvu, avait mis en place une règle idiote, dit que les tichons pouvaient être librement échangés. Latuvu avait une énorme collection de tichons différents et il ne voulait pas que quelqu’un d’autre en ait plus que lui et des plus beaux. C’est pour cela en fait qu’il avait pris cette loi…

À suivre...


18 mai 2016

En Suisse, la Dôle (février 2013)

 

La boule Madeleine Photo

Jean Claude Lapin et Super Lapine s’élancèrent sur la piste qui menait du Jura au sommet des pistes en Suisse. Ils empruntèrent le télésiège et se mirent en route. Lorsque soudain un vrombissement sonore éclata, c’était la Dôle, une grosse boule blanche en haut de la montagne à côté d’une boule plus petite qui lui ressemblait. Ils virent la grosse boule, antenne météo ou de télé, tanguer vers la gauche puis vers la droite avant de finir par se détacher de son socle de béton. Elle commença à dévaler la pente.

Elle écrasa les pylônes, par chance tous les gens étaient sur les pistes. Il n’y avait que les deux lapins sur le télésiège. La boule folle écrasa tous les télésièges et les secours durent venir les chercher. Ils n’avaient rien mais ils pleuraient. Pour les réconforter, les secouristes leur offrirent une bonne fondue de carottes.

Fondue de carottes Madeleine photo

La lapine, heureuse, dit au lapin :

_ Regarde, c’est le masque rose que tu m’as offert à notre première rencontre !

Et le lapin répondit :

_ Ah oui, c’était le bon vieux temps !

Soudain, le sol trembla et la petite boule écrasa le restaurant. Elle avait dévalé elle aussi la pente. Une fois sortis des décombres, ils remontèrent à la Dôle et aperçurent deux propulseurs en dessous de l’emplacement où il y avait les deux boules, comme une sorte de gros ressort Il y avait aussi une paire de gants avec une étiquette Ils allèrent à la boutique où ils avaient été achetés et identifièrent le coupable. Jean-Claude fut fort étonné en reconnaissant Lapinette, une ancienne amie d’enfance. Elle lui avoua qu’elle pensait qu’il l’avait complétement oublié depuis qu’il avait rencontré Super Lapine. Elle fut emmenée et les deux lapins la regardèrent partir avec de la tristesse dans les yeux.

À suivre...

17 mai 2016

Escrocland (février 2013)

 

Grande roue Madeleine photo

Un matin, malheureuse nouvelle pour les super-lapins, on apprit que les deux escrocs allaient être relâchés. (lire Mystère sur les pistes publié le 29 novembre 2015). Ils allaient finalement construire leur parc d'attraction sur un terrain vague. Scandalisé, Jean-Claude Lapin prit sa voiture et se dirigea deux jours plus tard vers ce fameux parc en compagnie de super Lapine. Escrocland était un beau parc mais pas du tout sécurisé, les attractions avaient été achevées beaucoup trop rapidement.

Ils achetèrent deux billets à l’entrée pour voir ce qui s’y passait. Les prix les renversèrent : 1 personne : 65 euros ; 2 personnes : 130 euros ; 3 personnes : 280 euros ; 4 personnes : 370  euros ; forfait famille : 535 euros. Ils payèrent avec regret et allèrent visiter le parc, comme en avant-première pour les films. Ils y pénétrèrent, montèrent dans le train fantôme et une poutre mal vissée tomba sur la tête de la Lapine. Apeuré, le Lapin partit chercher un monsieur du parc qui l’aida à hisser la pauvre victime en dehors de l‘attraction mais il profita de leur trouble pour leur voler leurs portefeuilles ! Ils ne s’en rendirent compte avec stupeur que lorsqu’ils retournèrent chez eux.

Une semaine plus tard, plein de gens avaient porté plainte pour prix trop cher, pas de sécurité mais surtout pour les vols de portefeuilles et tout le monde se rendit compte que le nom du parc était très bien adapté à ce qui s’y passait.

La police intervint et enferma pour de bons tous les gens du parc et les deux escrocs du début devinrent des clowns qui animèrent les repas dans la prison Une fois de plus, beaucoup de gens remercièrent les super Lapins.

À suivre...

29 mars 2016

Moi, j'aime Pâques !

Pâques Madeleine

Bonsoir tout le monde !

Vous vous en doutez, mais moi j'aime bien Pâques !

29 décembre 2015

Un inédit de Jean-Claude Lapin : un Noël féérique !

JCLapin Noël Madeleine Photo

Le matin, Lapin se leva très tôt. Soudain, le téléphone sonna. Sa famille et quelques amis surprises seraient là, chez lui ce soir. Il décora le salon et son sapin.

En revenant du traiteur, il installa la table et fut prêt à les accueillir.  C’est alors que la sonnette se mit à retentir. Il alla ouvrir la porte et convia sa famille dans le salon. Pendant qu’il servait des petits fours et des canapés, on frappa à la porte. Un peu étonné, il alla répondre quand même. Sur le seuil, apparut Lapinette, une vieille amie d’enfance. Elle se précipita sur lui et le serra fort dans ses bras. Elle lui fit un bisou sur la joue et murmura un «  Je ne t’en veux pas ! » d’une voix pas tout à fait franche à Jean Claude qui ne remarqua rien. Il l’invita à s’asseoir. La sonnette retentit à nouveau. Il alla ouvrir mais cette fois, c’était Super Lapine. Il était 20 heures. Tout le monde s’installa à table et commença à diner. Le menu du soir, spécial Noel, comportait une couverture de melon sur avocat frais, de la dinde rôtie aux marrons avec des petits légumes ayant fait juste trempette dans la casserole et une bûche nappée d’un jus de carotte et pistache. Une fois le repas fini, et après avoir fait à Jean-Claude Lapin beaucoup de compliments, les invités partirent tous sauf Lapinette qui repartit deux minutes plus tard. Il commençait à débarrasser la table quand Super Lapine fit irruption dans son salon, elle avait oublié son masque. Monsieur Lapin lui redonna mais soudain, pris d’un malaise violent et inattendu, il tomba à terre.

À l’hôpital, le médecin lui dit que du narcotique se trouvait dans son verre et que ses muscles s’étaient relâchés très peu de temps. Lapin réfléchit et se dit : « La seule personne qui aurait pu le faire en ma présence, c’était Lapinette car la douleur n’est apparue qu’en buvant un verre avec elle ». Super Lapine dit : «  Tu ne l’as pas vue mais quand elle te parlait au tout début, sa sincérité était suspecte. C’est elle, j’en suis sûre ! »

« Non, tu dis cela seulement car tu es jalouse que ce soit encore mon amie ! » rétorqua Jean Claude. Super Lapine partit furieuse et appela la police, convaincue de ce qu’elle avançait. Les policiers emmenèrent Lapinette à l’hôpital, qui avoua au lapin son acte : «  Cela ne se terminera pas comme ça ! J’aurai ma revanche ! Je l’aurai ! Et c’est comme ça qu’ils ne se quittèrent pas bons amis…

À suivre...


29 novembre 2015

Mystère sur les pistes (février 2013)

Sapin Madeleine

 

Jean-Claude Lapin monta dans le télésiège en même temps qu’une lapine. En tournant la tête, il remarqua que c’était Super Lapine qu’il n’avait pas vue depuis presque deux ans. Se reconnaissant, ils se serrent la main et se racontèrent leurs aventures…

N’ayant pas vu le temps passer, ils ratèrent la fin du télésiège. Il était déjà 18 heures. Pendant presque deux heures, ils s’étaient rappelé leurs exploits et le télésiège s’arrêta soudainement. Monsieur Lapin regarda et vit qu’il n’y avait plus personne. Ils étaient seuls. Lapine pleura et vers minuit, elle se ressaisit et sortit son équipement de Super Lapine, vola jusqu’à la cabine de pilotage et remit tout en route.

Ils descendirent et entendirent un bruit suspect (après avoir coupé les machines) Ils approchèrent et aperçurent une silhouette louche. En y prêtant attention, ils entendirent une étrange discussion :

-          Patron, on ne peut pas !

-          Si on peut, je veux un parc d’attraction ici, je veux mon Escrocland ! hurla-t-il.

Effrayée, Lapine emmena Lapin prévenir les sauveteurs de la station. Prévenus, ils accoururent sur le lieu et prirent les deux malfrats au moment où ils allaient abattre un arbre.

JCLapin (1)

Ils les emmenèrent pour des « vacances » à l’ombre… Les deux Super Lapins eurent leur photo dans Carotte du Matin, le journal.

JCLapin (3)

Et on leur fit remettre devant des touristes avec des appareils photos et les habitants une médaille pour avoir sauvé un site touristique et naturel…et le plaisir des voyageurs !

JCLapin (2)

À suivre...

26 novembre 2015

Le château hanté (août 2012)

Le château hanté0001

Un jour, le lapin, après le mystère résolu de l’hôtel, se rendit dans un parc au pied d’un château abandonné qui avait servi d’hôtel. Il força la grille du château et réussit à entrer. À l’intérieur, il découvrit de magnifiques tapisseries, des meubles Art nouveau… Un vrai plaisir s’il pouvait vivre ici, se dit-il. Soudain, il rencontra une araignée géante. Pris de peur, il tomba sur une dalle qui fit déclencher des flèches qui manquèrent de le tuer.

Le château hanté0002

Remis de ses émotions, il se dirigea vers une porte en observant chaque dalle afin de ne pas marcher sur une de celles qui déclencheraient un piège.

Il ouvrit une porte et  découvrit une véritable piste de ski ! Un majordome arriva, lui donna des skis et des accessoires. Le lapin monta en haut de la piste et commença à s’élancer lorsque soudain, une trappe s’ouvrit et …. Plouf !

Le château hanté0003

Il se retrouva dans une petite salle humide et découvrit qu’on l’avait enfermé. Il eut beau crier de toutes ses forces mais il était perdu ! Il entendit soudain une voix qui lui dit :

-          Tu participeras  un concours de ski et si tu gagnes, tu seras libre !

Deux jours plus tard, il participa au défi. Il pénétra sur la piste, gagna et entendit la voix le maudire pour toujours.

Le château hanté0004

C’est ainsi que Jean-Claude Lapin, qui déteste le sport, aura gagné au moins une fois quelque chose dans sa vie !

À suivre...

15 septembre 2015

La caverne aux trésors (août 2012)

la caverne Madeleine photo0001

Pendant de nouvelles vacances, Jean Claude Lapin se trouva encore confronté à une nouvelle aventure.

Lorsqu’il prit des vacances en Belgique, il réserva une chambre dans un hôtel de Bruges. Arrivé là-bas, il eut la chambre 356, il y déposa ses affaires et fit un état des lieux pour s’assurer que rien ne pouvait gâcher ses vacances. Il vit même un coffre où il déposa son porte bonheur.

Deux jours plus tard, il composa le code du coffre : 2521,  et l’ouvrit. À sa grande stupeur, ses affaires avaient disparu ! Mais il aperçut au fond du coffre un trou (assez gros pour qu’il puisse s’y glisser). Il réfléchit puis entra dans le trou. Au fond d’un long tunnel, il entra dans une grande salle où il vit des dizaines et des dizaines de tunnels qui aboutissaient dans une salle remplie d’objets précieux. Et il réussit à retrouver son porte-bonheur et ses biens.

la caverne Madeleine photo0002

Malgré ça, il se demandait pourquoi et qui avait dérobé tout cela… Mais en allant à la bibliothèque, il lut que Robert Le Malin avait fait et livré les coffres, il avait manigancé un plan : faire une légère ouverture au fond des coffres. Il alla le dénoncer à la police et Robert Le Malin fut arrêté et Mr Lapin fut remercié pour l’avoir démasqué.

 

À suivre...

26 août 2015

Le coupable qui coupe les câbles des télésièges (février 2012)

Neige Madeleine photo

Un jour où monsieur Lapin faisait du ski, il monta dans un télésiège. Il était tout seul car il était 7h00 du matin.

le coupeur de câbles0002

Et tout d’un coup, le câble de tous les télésièges qui se trouvaient du côté qui monte, lâcha. Le pauvre Jean Claude hurlait, mais puisqu’il n’y avait personne cela ne servait à rien. Il tomba et par chance, il n’avait aucune égratignure. En reprenant ses esprits, il aperçut une ombre au loin qui avait avec elle une cisaille.

le coupeur de câbles0001

Le lapin interpella l’inconnu en lui disant : « Qui êtes-vous et que faites-vous là avec votre cisaille ? ». L’inconnu  lui répondit sur un ton de colère en lui disant que ce n’était pas son affaire. Trouvant ça louche, il poursuivit l’inconnu qui dans sa course perdit sa cisaille, à laquelle était accroché un bout de câble. Le lapin dit « comment t’appelles-tu ? » sur un ton méprisant. Il dit : je m’appelle Chat mais on me surnomme « le coupeur de câbles ! ». Le lapin en repensant à sa chute dit sur un ton de colère inimaginable au chat : « Vous êtes en état d’arrestation ! » et il appela la police sur son téléphone. La police arriva et fût heureuse de pouvoir enfin l’arrêter. Ils remercièrent le lapin et partirent en l’applaudissant.

À suivre…

16 août 2015

Bernard le Homard (octobre 2011)

Plongée Madeleine Photo

Un beau jour, Jean Claude Lapin était allé faire de la plongée sous-marine. Monsieur Lapin tomba sur l’épave d’un restaurant sous-marin. Il y rencontra un homard qui servait des clients, des crustacés plus exactement, dans ce restaurant à moitié désintégré par les ans et par l’eau de mer. Monsieur Homard appela le lapin pour lui demander ce qu’il faisait et en profita pour lui dire qu’il s’appelait Bernard.

Après cet instant, Monsieur Lapin s’installa à une table et commanda un potage et du bœuf accompagné de carottes et de pommes de terre. Il lui répondit ensuite qu’il venait pour visiter les environs et faire une pause en se rassasiant. 

homard Madeleine

Après ce festin, Jean Claude se leva et se dirigea la porte, après avoir payé en coquilles d’huitres la note du restaurant. Il sortit et prit l’autopoisson, un bus réservé en temps normal aux crustacés. En voulant repartir à la surface, il aperçut un cadavre de bateau au fond de l’océan. En entrant dans l’épave, il souleva une trappe qui donnait dans la cale du bateau. Il y trouva un coffre et le ramena au restaurant. Le Homard réussit à l’ouvrir avec une vieille clé de la même époque.

homard Madeleine Dessin

Grâce à Jean Claude Lapin et à l’argent des pièces d’or du coffre au trésor, Monsieur Homard répara complétement son restaurant.

À suivre…